PRÉSENTATION DE MONT DE MARSAN

 

 

Mont-de-marsan est la 271ème ville au classement des communes de France ayant le plus d'habitants.

La ville de Mont-de-marsan avait une population de 28 328 habitants au recensement de 1999.

Cette ville appartient au Canton de Mont-de-Marsan-Nord, Canton de Mont-de-Marsan-Sud. Pour accéder à la page PLAN de MONT DE MARSAN, c'est ICI

 

HISTORIQUE DE LA VILLE

 

 

 

Mont-de-Marsan abrite la préfecture du département des landes, depuis 1810.

La ville est située au confluent de la Douze et du Midou, qui forment ensuite la Midouze. 

 

Les fouilles archéologiques ont révélées que  la zone située entre les deux rivières avait été occupée par intermittence depuis le paléolithique.

Les vestiges préhistoriques découverts, attestent de la présence d'un groupe sans doute important de cultivateurs néolithiques, relayés par des témoignages des époques, pré-romaine, gallo-romaine, ainsi que des vestiges du bas empire et du moyen-âge.

 

 

Ce n'est qu'en 1133, que remonte la fondation officielle de la ville par le Vicomte de Marsan, Pierre de Lobanner. qui décida d'édifier une forteresse sur l'éperon délimité par la confluence des deux rivières, afin d'y contrôler le passage du Midou par la route des Petites Landes. Il établi également un village fortifié sur ce territoire, qui relevait tant spirituellement que temporellement de l'Abbaye de Saint Sever et s'adressa aux habitants des deux paroisses voisine, Saint Pierre du Mont et Saint Genés des Vallées, en leur faisant part de son désir de les voir participer à son entreprise et en leur promettant des libertés en échange de leur concours à sa défense.

 

Rapidement la cité fortifiée bâtie en pierre de coquillière se développa vers le nord-est, et la ville passa sous la domination anglaise dans la seconde moitié du 12ème siècle.

 

La place occupée par les revenus du péage dans les finances Vicomtales, prouve bien qu'une fois fondé, le Castelnau initial dû son essor à sa situation sur une importante voie de passage.

 

L'aménagement d'un embarcadère puis la construction d'un pont sur le Midou,  au pied même du château, suivirent la fondation du castelnau et entraînèrent la construction d'un village sur l'autre rive.

 

La Midouze étant navigable, un port s'établi sur la rive gauche de la rivière en aval du pont qui s'ouvrait sur une véritable patte d'oie routière ne pouvant qu'accroître le caractère attractif de la cité.

 

Ce nouveau quartier sur la rive gauche du Midou où dés 1260 s'installa le couvent des Cordeliers, fût lui aussi entouré de murailles percées de portes donnant aux routes vers Aires, St-Sever, Tartas. Le bourg se développa naturellement le long des trois axes et en 2 siècles, une véritable ville est née.

 

Cette citée était également un lieu d'arrêt et de repos pour les pèlerins vers Saint-Jacques de Compostelle.

 

bande cles

 

Centre commercial important écoulant vers Bayonne les produits de l'arrière-pays durant tout le Moyen-Âge et l'ancien régime, La ville fût en rivalité  quasi constante avec les autres cités commerciales et il fallut un traité signé en 1293 pour liquider un différent avec la ville de Dax.

 

Comme la plupart des cités d'Aquitaine, Mont de Marsan ne connut que peu de transformations entre le milieu du 14ème siècles et la fin du 17ème.

 

Depuis 1517, le Marsan fût rattaché au vaste domaine d'Albert, bordant la Viconté à l'ouest.

 

François Ier y passa en 1527 et 1530. Charles IX y séjourna dans notre ville en 1564 et y confirma les privilèges des institutions communales.

 

Entre le milieu du 15ème et du 16ème siècles, se situe le développement d'un nouveau bourg en bordure de la Midouze, le long du port.

 

En tant que tête de la navigation de la Midouze, la ville devint l'entrepôt des grains de toute la région destinés ensuite a gagner par la voie d'eau, Tartas et Bayonne.

 

Mont de Marsan se taille ainsi une place de premier plan sur le marché de la Gascogne.

 

Possession de Jean d'Albert, puis de son fils Henry, Mont de Marsan se trouva totalement engagée dans les conflits armés qui,  à partir de 1560 opposèrent en Gascogne catholiques et réformés et fût ainsi transformée en place forte.

 

Passant plusieurs fois aux mains des catholiques, puis des protestants, les faubourgs de la ville furent détruits ainsi que le couvent des Clarisses situé depuis le 13ème siècle près de la Porte de Roquefort.

 

Entre 1578 et 1586, Henry de Navarre fit entreprendre la constructions de bastions fortifiés "les tenailles" à l'est des murailles orientales de la ville, et lors de son avènement au trône, réunit la ville à la couronne en 1607. En 1653 Mont de Marsan ce rebella, ce rangeant du coté de la Fronde.

 

Les temps ayant changés, et la parure militaire étant désormais inutile dès 1622, Louis XIII ordonna la démolition du château de Nolibos. En 1777, fut accordé l'autorisation de démolir les portes de la ville et en 1810, on abattit le reste du Château Vieux. Tous ces travaux eurent pour conséquence d'aérer les  accès et la traversée de la ville.

 

c'est également au 1ème siècle que plusieurs couvent t'installèrent : les Clarisses, les Ursulines, les Barnabites. Un siècle après les châteaux et les murailles, les couvents furent à leur tour voués à la  pioche des démolisseurs.

 

Au cours des 17ème et 18 ème siècles, des faubourgs et des quartiers s'ajoutèrent à la périphérie de la ville; le faubourg des Landes, sur la rive droite de la Douze  à Saint Jean d'Août avec la présence de ces activités spécifiques : les tanneries et les entrepôts, celui du Bourg-Neuf à l'est, ceux de Saint-Roch au sud-est, et du port au sud-ouest, traduisant la place imminente conservée par Mont de Marsan comme marché aux vins,  aux Eaux de Vie d'Armagnac et aux grains : en 1654  la ville était toujours considérée comme le grenier de la Basse Guyenne.

 

      bande cles

 

      Notre cité, ville de garnison, et ville d'étape  reçu plus tard la visite de Louis XIV en  1659 et vit passer et séjourner les troupes des guerres d'Espagne de Louis XV et de la révolution.

 

Pendant cette dernière, Mont de Marsan fut nommé Mont Marat, et les deux clés d'argent sur fond d'azur de son blazon datant de 1698 s'inscrivirent sur un fond de gueules.

 

le 12 Janvier 1790, fut créer le département des Landes, englobant trois régions, Les Landes, la Chalosse et le Marsan et le  15 février 1790 un décret de la constituante faisait de Mont de Marsan le chef lieu du département. 

 

En 1808, Napoléon 1er y était acclamé. En 1814 Wellington pourchassant le Maréchal Soult. s'y présenta et en 1823 les troupes de la Sainte Alliance y passèrent.

 

Au cours du 19ème siècle, la ville se transforma complètement en se dépouillant de son aspect de ville forte. Les nécessités administratives y provoquèrent la construction de la Préfecture, du Tribunal et des Prisons. On construisit l'église de la Madeleine (architecture néo-classique)on refit les ponts, on commença à percer les boulevards. La cité bénéficia du développement du réseau routier et de l'ouverture des voies ferrées.

 

bande cles

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :